LEGALEX Namur

Mon avocat est nul : je change !

Message, ce matin, sur notre répondeur téléphonique :

Voilà, Maître, c’est Mme X. Je ne suis pas contente du tout ! Vous avez vu le jugement ? Je m’en doutais bien mais, maintenant, j’ai la preuve que vous êtes vraiment incompétent. Totalement incompétent. Je ne serais pas fier à votre place. Désormais, je me passerai de vos services. Je vais en prendre un autre. Et je ne vous salue pas. En tous les cas, je vais faire votre publicité, ça, vous pouvez me croire.

Pourquoi tant de haine ? Parce que Mme X a reçu un jugement dans son affaire et qu’elle n’est pas satisfaite du résultat.

Ceci nous amène à quelques réflexions :

1° La qualité du travail d’un avocat ne se mesure pas en fonction du jugement rendu par un Tribunal.

Si le dossier est mauvais, un avocat, même excellent, ne réalisera pas de miracles.

Si le dossier est bon, un avocat, même exécrable, obtiendra sans doute un jugement favorable à sa cliente.

Il n’est pas rare qu’un avocat fasse très bien son boulot mais que, par contre, le juge le fasse un peu moins bien …

Bref, la compétence d’un avocat se mesure à ses écrits, à ses conseils, à ses plaidoiries. Elle ne dépend pas des écrits d’un juge qui n’a peut-être rien compris au litige qui lui était soumis.

2° Si vous aviez l’occasion de voir un chirurgien opérer un de ses patients, vous viendrait-il à l’idée de penser que ce n’est pas ainsi que ce chirurgien aurait dû procéder pour le soigner correctement de sa tumeur ? Non.

Si vous receviez le cahier des charges établi par un cabinet d’architectes pour la réalisation d’un centre commercial, vous viendrait-il à l’idée de le corriger, de changer les cotes, d’opter pour d’autres techniques de construction ? Non.

Si vous voyez une infirmière faire une prise de sang à telle personne, vous arrive-t-il de lui arracher la seringue de ses mains pour le faire à sa place ? Non.

Si le prof de math de votre fils lui donne un exercice à faire et qu’il revient avec un zéro pointé, vous allez expliquer au professeur qu’il s’est trompé et que la solution de l’exercice n’est pas celle qu’il croit ? Non.

Si vous achetez un fromage, vous allez envoyer un courrier au maître-fromager qui l’a confectionné pour lui dire que ce n’est pas ainsi qu’il aurait dû faire ? Non.

Si votre voiture tombe en panne et que vous la conduisez chez votre garagiste, vous allez lui expliquer quelles sont les pièces qu’il doit remplacer et comment il doit procéder pour le faire ? Non.

De fait, à chacun son métier …

Vous n’êtes pas juriste ? Vous n’avez pratiquement jamais eu de cours de Droit ? Alors, qu’est-ce qui vous autorise à croire que vous pouvez apprécier correctement la compétence ou l’incompétence d’un avocat qui a suivi 5 ans d’études universitaires, 3 ans de stage au Barreau et qui a 25 ans d’expérience quotidienne dans un domaine que vous ne maîtrisez absolument pas ?

Votre avis est sans doute pertinent dans votre domaine d’activités. Il ne l’est pas quand vous n’y connaissez rien à la matière.

3° Pour illustrer ce qui précède, on signalera, pour l’anecdote, que le jugement en question est … totalement favorable à la cliente ! Le Tribunal lui a effectivement donné raison sur le principe de la demande mais il a simplement ordonné une réouverture des débats parce qu’il souhaite obtenir des renseignements complémentaires afin de faire totalement droit à sa demande. Bref, la cliente n’a absolument rien compris au jugement, ce qui est assez révélateur de ses compétences juridiques. Ce n’est pas un reproche : on ne peut pas être compétent dans tous les domaines mais, précisément, quand on n’est pas compétent, on s’abstient aussi d’apprécier celle des autres qui, eux, le sont …

C’est en tous les cas la première fois que je vois une cliente mécontente d’une décision de justice qui lui donne entièrement raison.

Bref, vous savez ce qu’il vous dit, Madame, l’avocat incompétent ?

2 comments to Mon avocat est nul : je change !