LEGALEX Namur

Un changement d’école imposé à un enfant de 10 ans est un aléa de la vie auquel il doit s’adapter …

Changement-d-ecole

Un nouveau cas d’école, c’est le cas de l’écrire, pour illustrer le Palais de l’Injustice qui ne cesse de prendre de l’importance …

Mr X et Mme Y ont vécu pendant près de 15 ans en concubinage. Ils ont un enfant de 10 ans.

Cet enfant va depuis toujours à l’école Z, près de chez lui. Il aime cette école, ses professeurs … Il y retrouve chaque jour ses copains qui, à cet âge, comptent naturellement beaucoup pour lui.

Mme Y décide de quitter Mr X. Elle est partie habiter chez sa mère. Les parents s’accordent pour mettre en place un hébergement égalitaire (garde alternée) une semaine sur deux.

Problème : Mme Y veut que l’enfant change d’école. Pourquoi ? Parce qu’elle trouve que sa voiture, qu’elle vient à peine d’acheter, coûte trop cher … Elle a donc l’intention de s’en séparer (décidément …). Or, si elle n’a plus de voiture, elle ne peut plus conduire son fils à l’école à moins de 10 km de son domicile actuel. Dans ces conditions, elle considère que l’enfant doit changer d’école pour habiter près du domicile maternel.

Voilà donc un petit bout qui n’a rien demandé qui doit subir la séparation de ses parents. Et, comme si cela ne suffisait pas, il faudrait, en plus, qu’il perde aussi les seuls repères qui lui restent : ses copains. Il va devoir changer d’école à la dernière minute, contre sa volonté, parce que maman va peut-être, une jour, se délaisser de son véhicule.

Le papa insiste sur la nécessité de ne pas trop bouleverser la vie de son fils et sur la nécessité de le laisser au moins dans son école, étant entendu que, si nécessaire, il sera toujours possible pour l’enfant de prendre les transports en commun une semaine sur deux.

Réponse du juge :

La situation matérielle de la mère l’empêche d’assumer des trajets matin et soir. Dans ces conditions, (le changement d’école) paraît être la solution la plus raisonnable et la moins dommageable pour l’enfant d’autant plus que l’établissement proposé par la mère est renommé (il y aurait donc, selon le Tribunal, une hiérarchie entre les écoles ?). Par ailleurs, pour un jeune garçon de 10 ans, le changement d’école constituera un aléa de la vie qu’il surmontera …

Et le bonheur de l’enfant, on y pense parfois ?

Les commentaires pour cette page sont clôturés.